La Planète des singes

La Planète des singes

1,00

Pierre Boulle

1 en stock

Description

Le livre

Y a-t-il des êtres humains ailleurs que dans notre galaxie ? C’est la question que se pose Ulysse Mérou, lorsque, de leur vaisseau spatial, ils observent le paysage d’une planète proche de Bételgeuse: on y aperçoit des villes, des routes curieusement semblables à celle de notre terre. Après s’y être posés, les trois hommes découvrent que la planète est habitée par des singes.
Ceux-ci s’emparent d’Ulysse Mérou et se livrent sur lui à des expériences. Il faudra que le journaliste fasse, devant les singes, la preuve de son humanité…

Détails sur le produit

  • Éditeur : Presse poche (1980)
  • Poids de l’article : 200 gr

L’auteur

Nationalité : France
Né(e) à : Avignon , le 20/02/1912
Mort(e) à : Paris , le 30/01/1994
Biographie :

Pierre Boulle est un écrivain français.

Pierre a une grande complicité avec son père, un avocat excentrique qui écrit sur le théâtre dans un journal. Tous deux adorent la littérature, les livres, la chasse et les jeux. Rien ne trouble l’enfance tranquille que Boulle a passée en famille avec ses sœurs Suzanne et Madeleine, pas même la Première Guerre mondiale.
Vers la fin de la guerre, en 1918, il entre dans les petites classes au lycée d’Avignon.

En 1926, c’est le drame : son père meurt d’une maladie du cœur. L’adolescent est malgré lui projeté dans le monde adulte. Finis la chasse, les jeux et même l’amour des livres. Son but désormais est de devenir ingénieur avec une formation (Supélec) pour aider sa mère.

À 24 ans, Boulle se retrouve dans la forêt tropicale de Malaisie, à 50 kilomètres de Kuala Lumpur, la capitale. Pendant trois ans, il travaillera comme un forcené dans une plantation d’hévéa, loin de l’Europe.

En 1939, la Seconde Guerre mondiale ravage le monde. En 1941, Boulle, qui est toujours en Asie, s’engage dans la Résistance et rejoint la France libre. Muni d’un faux passeport anglais, sous l’identité de Peter John Rule, il part en mission contre les Japonais, alliés des Allemands. Il est également envoyé en Chine afin de préparer, avec des éléments amis, la libération de l’Indochine. En 1942 il est capturé par des militaires français du gouvernement de Vichy qui le condamnent aux travaux forcés à perpétuité. Deux ans plus tard, en 1944, il parvient à s’évader de Saïgon et rejoint la Force 136 du SOE en Asie du Sud-Est à Calcutta.

Après la guerre, lorsqu’il retrouve la France libérée par le général de Gaulle et les Forces françaises libres, on le couvre de médailles pour ses exploits. Il ne tarde pas à repartir pour la Malaisie, mais son métier de planteur l’ennuie et c’est ainsi qu’il se décide, en 1950, à écrire des romans. Il publie un roman d’aventures, Le Pont de la rivière Kwai en 1952 et un roman de science-fiction, La Planète des singes en 1963.

Boulle a vécu jusqu’à la fin de ses jours en 1994, partageant son temps entre Paris et une maison de campagne à Autry-le-Châtel dans le Loiret, et écrivant des livres où il se plaisait par-dessus tout à construire la rencontre entre deux choses: « le simple et l’étrange ».

Cinq ans après la mort de Pierre Boulle, sa nièce, qu’il avait élevée comme sa propre fille, et son mari découvrirent de nouveaux manuscrits inédits dans les archives de l’auteur.

Informations complémentaires

Poids 0.200 kg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.