Le Hasard Et La Nécessité

Le Hasard Et La Nécessité

1,50

Jacques Monod

1 en stock

UGS : PSY- 702 Catégories : , Étiquettes : , ,

Description

Résumé

“Tout ce qui existe dans l’Univers, disait le philosophe grec Démocrite, est le fruit du hasard et de la nécessité.”

Grande figure parmi les pionniers de la biologie moléculaire, le Prix Nobel Jacques Monod (1910-1976) montre la fécondité de cette dualité pour comprendre les grandes problématiques de la biologie – origine de la vie ou évolution des espèces – et saisir les enjeux de la génétique moderne.

Si l’homme ne résulte d’aucun projet divin, si son évolution tient davantage du hasard que d’un projet préétabli, rien ne l’autorise pour autant à sombrer dans un matérialisme pessimiste.

Face aux défis de la science et de la technique qui vont jusqu’à menacer l’intégrité de l’Homme, Jacques Monod plaide pour l’invention d’un nouvel humanisme intégrant les données de la science.

L’ancienne alliance est rompue ; l’homme sait enfin qu’il est seul dans l’immensité indifférente de l’Univers d’où il a émergé par hasard. Non plus que son destin, son devoir n’est écrit nulle part. À lui de choisir entre le Royaume et les ténèbres.

Détails sur le produit

  • ASIN : B0000DOIGV
  • Éditeur : Points/Poche; Institut Catholique De Toulouse édition (1 janvier 1973)
  • Langue : : Français
  • Poids de l’article : 200 g

L’auteur

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 9/02/1910
Mort(e) à : Cannes , le 31/05/1976
Biographie :

Les apports de Jacques Monod à la biologie moléculaire sont considérables. Intéressé par la génétique des micro-organismes, il postule puis mettra en évidence l’existence d’une molécule servant de lien entre le génome (ADN) et les protéines : l’ARN messager. Avec François Jacob, corécipiendaire du prix Nobel la même année, il démontre la notion d’opéron dans les bactéries. Un opéron étant une unité génétique composée de plusieurs enzymes dont l’expression est régulée par le même promoteur. La notion de promoteur est aussi due à ces deux scientifiques.
Il élabore en 1965 avec Jean-Pierre Changeux et Jeffries Wyman le concept d’allostérie, un mode de régulation majeur des enzymes. L’article publié dans le Journal of Molecular Biology est l’un des plus cités au monde.

Jacques Monod a obtenu le Prix Nobel parce qu’il a montré que l’ADN est le point de départ des réactions biochimiques qui, par l’intermédiaire de l’ARN, produisent les protéines nécessaires à la vie des cellules donc à la vie tout court. Pour J. Monod c’est l’ADN qui a le rôle primordial dans la vie et le développement de la cellule. Fort de son succès, il publie un livre, Le Hasard et la Nécessité, en 1970.

En 1989, l’existence de la transcriptase inverse bactérienne fut confirmée par S. Inouye et W. Maas aux USA.

Informations complémentaires

Poids 0.200 kg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *