Meurtre sur canapé

Meurtre sur canapé

1,50

Christian Jacq

 

1 en stock

Description

Synopsis

Un instant, elle crut qu’il lui pardonnait sa bêtise et qu’il allait de nouveau la prendre dans ses bras. Mais, d’un geste d’une rare violence, il l’étrangla avec la pièce de tissu humide : II serra si fort que l’air lui manqua aussitôt et qu’elle ne put prononcer aucune supplication. Inerte, les bras ballants, elle tomba à ses pieds.

Elle n’avait été qu’une femme curieuse, incapable de s’élever à la hauteur de sa passion. Juste était le châtiment qu’il lui avait infligé.
II s’habilla, ramassa les vêtements de la morte qu’il brûlerait chez lui…

Le Produit

  • Éditeur : Malko – Gérard de Villiers (19 juin 1996)
  • Langue : Français
  • Poche : 253 pages
  • ISBN-10 : 2738658288
  • ISBN-13 : 978-2738658289
  • Poids de l’article : 200 g
  • Dimensions : 17.6 x 10.8 x 1.7 cm

L’auteur, l’autrice

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 28/04/1947
Biographie :

Christian Jacq est un écrivain français vivant en Suisse.

Marié à l’âge de 17 ans, son voyage de noces le conduit en Égypte, sur le site de l’antique Memphis. Son premier essai, naturellement consacré à l’Égypte, paraît dès la fin des années 1960, tandis qu’il se lance dans des études d’archéologie et d’égyptologie, qui seront couronnées par un doctorat de IIIe cycle en Sorbonne.

Christian Jacq exerce divers métiers avant de se lancer à temps plein dans l’écriture. Il sera un temps collaborateur de la radio France Culture, coproduisant par exemple certaines émissions de la série les Chemins de la connaissance.
Il est pendant quelques années, directeur de l’Institut Ramsès, qui publie des transcriptions de textes égyptiens et vise à l’édification d’un fonds photographique sur l’Égypte.

Parallèlement à sa carrière d’universitaire en archéologie et égyptologie, Christian Jacq publie des romans historiques, dont le cadre se situe dans l’Égypte antique, mais aussi des romans policiers, pour lesquels il fait usage de pseudonymes J. B. Livingstone, Christopher Carter et Célestin Valois.

Il utiliserait aussi pour des ouvrages ésotériques et sur la franc-maçonnerie les pseudonymes de Jean Delaporte, Jean Petrus, Pierre Dangle et Andrew Fabriel. Parallèlement aux romans, Christian Jacq publie des essais sur les symboles liés aux cathédrales, à la franc-maçonnerie, à la « sagesse égyptienne », ainsi que des guides de Louxor et Karnak.

Certaines de ses oeuvres ont créé la polémique parmi la communauté scientifique d’égyptologie pour ses procédés de vulgarisation historique et son recours à l’ésotérisme.

Habitant dans la région d’Aix-en-Provence dans les années 1990, il déménage en 1997 pour Lausanne.

site officiel : http://christianjacq.fr/

 

 

Informations complémentaires

Poids 0,200 kg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *