Dom Juan

Dom Juan

2,00

Molière

1 en stock

UGS : LIT-895 Catégorie : Étiquettes : , ,

Description

Le livre

« Séducteur, homme sans moeurs et sans conscience, mais agréable dans ses manières, et se faisant un jeu de perdre les femmes de réputation », telle est la définition que Littré nous donne de cette espèce d’homme que, grâce à Molière, on appelle tout simplement un don juan.Grandiose dans son cynisme, grand pécheur devant le commandeur, d’où vient que ce vilain se soit transfiguré au cours des siècles et n’ait gardé pour nous que ses attraits ? Don juan : « Grand séducteur », lit-on aujourd’hui dans le dictionnaire.Autres temps, autres moeurs ? Interprétation nouvelle de la pièce ? Il nous semble entrevoir un petit sourire de monsieur Molière.

Détails sur le produit

  • Editeur: Larousse
  • Collection: Classiques Larousse
  • Date parution: 1971
  • Nb pages: 111

L’auteur

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 15/01/1622
Mort(e) à : Paris , le 17/02/1673
Biographie :

Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, est un dramaturge, acteur et chef de troupe de théâtre français.

Considéré comme le patron de la Comédie-Française, il en est toujours l’auteur le plus joué de nos jours. Impitoyable pour le pédantisme des faux savants, le mensonge des médecins ignorants, la prétention des bourgeois enrichis, l’hypocrisie des faux dévots, Molière aime la jeunesse qu’il veut libérer des contraintes absurdes.

Très loin des rigueurs de la dévotion ou de l’ascétisme, son but a d’abord été de « faire rire les honnêtes gens ». Il affirma par la suite, dans la préface de « Tartuffe », que « le but de la comédie est de corriger les hommes, tout en les divertissant ».

Soutenu par le roi Louis XIV (qui est le parrain de son premier enfant), marié avec la jeune comédienne Armande Béjart, Molière affronte les cabales et continue à jouer et à diriger sa troupe – devenue « Troupe du Roi » – tout en écrivant des comédies de différents genres : certaines proches de la farce comme « Le médecin malgré lui » (1666) ou « Les Fourberies de Scapin » (1671), d’autres plus psychologiques comme « L’École des femmes » (1662) ou « L’Avare » (1668), ainsi que des comédies-ballets comme « Le Bourgeois gentilhomme » en 1670 (avec Lully) ou « Le malade imaginaire » (avec Marc-Antoine Charpentier) en 1673, et des pièces plus élaborées approfondissant caractère et étude sociale, en vers comme « Le Misanthrope » (1665), « Tartuffe », qui fait scandale, (1664-1669), « Les Femmes savantes » (1672), ou en prose comme « Dom Juan » (1665).

Molière a exploité les diverses ressources du comique (verbal, gestuel et visuel, de situation) et pratiqué tous les genres de comédie, de la farce à la comédie de caractère. Il a créé des personnages à la psychologie complexe, qui sont rapidement devenus des archétypes. Il a peint les mœurs et les comportements de ses contemporains, n’épargnant guère que les ecclésiastiques et les hauts dignitaires de la monarchie, pour le plus grand plaisir de son public, tant à la cour qu’à la ville. Loin de se limiter à des divertissements anodins, ses grandes comédies remettent en cause des principes d’organisation sociale bien établis, suscitant de retentissantes polémiques et l’hostilité durable des milieux dévots.

Le 17 février 1673, un an jour pour jour après la mort de Madeleine Béjart (qui fût sa compagne et appartint à toutes les troupes qu’il anima ou dirigea), Molière meurt sur scène lors de la 4ème représentation du « Malade imaginaire ».

Informations complémentaires

Poids 0,200 kg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *