La Colline inspirée

La Colline inspirée

1,00

Maurice Barrès

1 en stock

Description

Résumé

 » Il est des lieux où souffle l’esprit… Il est des lieux qui tirent l’âme de sa léthargie, des lieux enveloppés, baignés de mystère, élus de toute éternité pour être le siège de l’émotion religieuse… La Lorraine possède un de ces lieux inspirés.  » C’est à Sion-Vaudémont, qu’à la fin du XIXe siècle trois prêtres, les frères Baillard, fondèrent une mission pour insuffler une vie spirituelle nouvelle. Propageant la foi, relevant de leurs ruines chapelles et monastères, ils finirent par devenir suspects aux yeux même de Rome, inquiète de l’ascendant incontrôlable qu’ils prenaient sur les populations locales. L’aîné des Baillard, Léopold, rencontre un prédicateur qui subjugue les foules : Pierre-Michel Vintras, prophète d’un christianisme eschatologique et illuministe, qui devient bientôt le guide spirituel de Sion-Vaudémont… Mais le feu de l’enthousiasme est un feu dévorant, demandant à être constamment entretenu sous peine de se consumer trop vite. Pour Léopold Baillard, dernier fidèle de la nouvelle religion, l’exaltant chemin qui le rapproche de Dieu est également un chemin de croix au cours duquel il assiste à la désagrégation et à la dispersion de sa communauté, à la disparition d’une puissance d’esprit qu’il croyait invincible.

Détails sur le produit

  • Éditeur : Le livre de poche 1961
  • Poids de l’article : 200 gr

L’auteur

Nationalité : France
Né(e) à : Charmes (Vosges) , le 17/08/1862
Mort(e) à : Neuilly-sur-Seine (Seine) , le 4/12/1923
Biographie :

Maurice Barrès est un écrivain et homme politique français, figure de proue du nationalisme français.

Maître à penser de toute une génération, Maurice Barrès le fut tout autant par son œuvre littéraire que par son style de vie.

Dans les années 1880, il fréquente à Paris le cénacle de Leconte de Lisle et les milieux symbolistes. Parallèlement à sa carrière d’écrivain qui lui assurera un succès précoce — il n’a que vingt-six ans quand paraît le premier tome de sa trilogie « Le culte du moi » — il se lançe dans la politique.

Boulangiste par anticonformisme et par rébellion contre l’ordre établi, il est élu député de Nancy en 1889. L’Affaire Dreyfus qu’il vécut comme une menace de désintégration de la communauté nationale l’incita d’emblée à se placer dans le camp des anti-dreyfusards dont il devint l’un des chefs de file. Dès lors, sa pensée s’oriente vers un nationalisme traditionaliste, plus lyrique et moins théorique que celui de Maurras, mais fondé sur le culte de la terre et des morts.

Pour défendre ses idées, il fonde, en 1894, son propre journal, La Cocarde, et écrit entre 1897 et 1902 la trilogie du « Roman de l’énergie nationale ».

Informations complémentaires

Poids 0,200 kg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.