Les derniers jours de Pompéi

Les derniers jours de Pompéi

2,00

Edward Bulwer-Lytton

 

 

1 en stock

Description

Résumé

Pompéi, an 79 de notre ère.

Ville multiculturelle, bruyante, agitée par les excès, les jeux de pouvoir et les rivalités sentimentales. Là se croisent Glaucus le Grec fougueux, Arbacès l’Égyptien austère et sournois, la belle Ione, objet de toutes les convoitises, ainsi que les adorateurs d’une religion naissante. Mais, non loin de là, le Vésuve s’éveille et tout ce petit monde est loin d’imaginer que la cité vit alors ses dernières heures…

Fiche technique

  • Voir photos

L’auteur

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Londres , le 25/05/1803
Mort(e) à : Torquay , le 18/01/1873

Edward George Earle Bulwer-Lytton est un homme politique et romancier britannique.

Il fit ses études à Trinity College (Cambridge) puis à Trinity Hall. Dès son adolescence, il rédige des poèmes. En effet, en 1820, il publie « Ismael, an oriental Tale, with others Poems », œuvre suivie par d’autres du même genre. En 1827, il se marie avec Rosina Doyle Wheeler (1802–1882), qui lui donne deux enfants dont un fils, Robert (1831-1891), qui sera gouverneur-général et vice-roi des Indes britanniques de 1876 à 1880.

Il obtient la reconnaissance du public en 1828 avec son premier roman, « Pelham ou les Aventures d’un gentleman ».

En 1831, il entre en politique et est élu au Parlement. Il poursuit son travail d’écriture et atteint le sommet de sa renommée avec « Godolphin » (1833), ouvrage suivi des « Pèlerins du Rhin » (1834), de l’illustre « Les derniers Jours de Pompéi » (1834), de « Rienzi ou le Dernier des Tribuns » (1835), qui rendent son nom célèbre en Europe.

Ses activités littéraires et politiques mettent à rude épreuve son mariage, de même que ses infidélités conjugales. En 1833, le couple se sépare, séparation devenue légale en 1836.

Il s’essaye alors à la comédie dramatique. Plusieurs de ses succès triomphent sur les scènes de théâtre, notamment « The Lady of Lyons » (1838). Il quitte le Parlement en 1841 et ne revient à la politique qu’en 1852. L’année suivante, il publie une autobiographie « My Novel ».

En juin 1858, il entre au gouvernement de Lord Derby comme secrétaire d’État aux colonies. Il est admis à la chambre des lords et reçoit plusieurs titres honorifiques. En 1871, il écrit un roman d’anticipation « La Race future » (« The Coming Race »).

Sa femme Rosina et son fils Robert se sont fait aussi une réputation dans les lettres.

+ Voir plus

Informations complémentaires

Poids 0,250 kg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.